Retour aux sources du crowdfunding…

  • Le crowdfunding demeure un mode de financement à mi-chemin entre le micro-crédit et le capital-investissement. Littéralement « financement par la foule », ce concept assez ancien est désormais bien rôdé. Savez-vous que l’emblématique Statue de la Liberté représente la 1ère campagne de crowdfunding de l’histoire ? Symbole de l’amitié franco-américaine, ce monument est construit et financé par les français (la statue) et les américains (financement du socle). Les deux nations recourent alors à une gigantesque collecte de fonds pour la réalisation du projet. Cette idée de financement innovant se révèle être un véritable succès. Cette levée de capitaux permet la construction du monument dès 1875 !

 

  • Aujourd’hui, la finance alternative et vertueuse ne cesse de se développer, notamment grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Les premières plateformes en ligne émergent dès le début des années 2000. Aux Etats-Unis, le crowdfunding s’est démocratisé jusqu’à faire partie intégrante de la vie publique. En témoignent des campagnes électorales qui ont récolté des dons pour près de 150 millions de dollars (Obama en 2011). Chaque investisseur peut désormais participer à n’importe quel grand projet avec un ticket d’entrée faible (généralement dès 500 euros).

  • L’arrivée du crowdfunding en France est plus tardive. Ce mode de financement est au départ principalement utilisé dans le milieu culturel pour réaliser des projets artistiques. La première levée de fonds française intervient en 2004 dans le but de financer un court métrage. La campagne est une véritable réussite. Le dispositif s’étend, les amateurs de ce mode de financement sont de plus en plus nombreux.

 

  • La progression de la finance vertueuse est impressionnante. Les faiblesses du système de financement traditionnel participent à cela. En effet, l’explosion de ce mode alternatif de financement de l’économie réelle coïncide avec la récession économique de 2007. Les nombreux refus de financement par les banques, la chute de confiance, accélèrent le recours au financement participatif. Des milliers d’entrepreneurs ont ainsi pu lever des fonds sans passer par les investisseurs institutionnels ! L’essor du crowdfunding s’explique aussi par une volonté des individus de donner du sens à leur épargne en investissant dans des projets qui les intéressent. A cela s’ajoutent des incitations fiscales sur les investissements dans les PME non-cotées.

 

Avertissement : l’investissement au capital de start-ups et PME présente des facteurs de risques.

Contactez-nous

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?